Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Beef Bar ( Paris 8) : restaurant qui en jette (set)

Si vous êtes rappeur ou milliardaire russe, j'ai l'adresse qu'il vous faut : le Beef Bar ! Pas de grande cuisine à l'horizon, mais un décor qui impressionne, de la musique funk, et une addition qui a de quoi s'envoler !

Le Beef Bar Paris 8 restaurant rue Marboeuf
Le Beef Bar Paris 8 restaurant

Je me rappelle encore de ma venue à cette adresse, alors que c'était encore la Fermette Marboeuf. Un endroit sombre et hors du temps avec une déco vieillotte d'époque Art nouveau juste splendide mais pas du tout mise en valeur. Je m'en souviens d'autant plus qu'à cette occasion j'avais été "oublié" et que mon déjeuner avait duré plus de deux heures ! Mais ça c'était avant. Maintenant, place au bling bling, à la flambe, au joli service et aux boutanches hors de prix. Bienvenue au Beef Bar. Entrée chic avec voiturier.

La Salle côté "pas de chance" Beef Bar restaurant Paris 8
La Salle côté "pas de chance"

De l'ancienne époque ne subsiste que la grande salle magnifique qui fait le bonheur des instagrammeurs... mais ce midi, je ne sais pas pourquoi, je n'y ai pas le droit. Je suis installé dans une salle à côté de l'entrée propre et lumineuse, mais qui a perdu tous ses décors d'antan... Je ne dois pas faire assez Jet set.

Côté cuisine, on sent bien que le côté "gastronomie prise de tête" a gentiment été laissée de côté pour proposer de la "bouffe" deluxe plutôt. Ainsi, il y a une section entière de "street food" à prix confortables : Pizza roquette parmesan crème de truffe et truffe noire à 19€ à laquelle on peut ajouter un gentil supplément de 33€ si on veut goûter la version avec du "jamon de Kobe". Le ceviche de Lou est aussi avec de la truffe noire, et même si à cette saison ce champignon n'a guère de parfum! 23€. Empenadas à 23€, il y a même un poké bowl signature ! Si, si ! Avec du thon comptez 26€!

Pour déjeuner il y a bien une formule business Lunch à 35€ qui comprend une entrée du jour ou une salade de chou Kale (arf!) et un plat à choisir parmi 6 (saumon, burger, tartare...), mais le coeur du sujet demeure ici la bidoche !

De la viande française dont on connaît la provenance (la vallée des volcans) mais pas la race (inquiétant), du boeuf Black angus prime du Kansas, ou encore du boeuf Wagyu WX australien ou du boeuf de Kobé certifié. Autant vous dire que les prix flambent vite ! Une bavette échalote, c'est 29€ tandis que la double entrecôte de boeuf wagyu est à 150€...  Le soir des pièces encore plus prestigieuses dépassent les 300€. Heureusement qu'au déjeuner, un verre de vin est compris !

Ainsi, je passe commande l'entrée du jour, une viande et donc un verre, ayant compris que c'était inclus dans le prix. Là on m'apporte la carte des vins. En rouge, 5 choix, de 9 à 19€ le verre, gloups! Je choisis prudemment le moins onéreux, un Sancerre Les Panseillots du Domaine du Prieuré à 9€. Le serveur revient quelques minutes plus tard avec la carte me disant que les deux références les moins chères de la carte sont indisponibles... comme par hasard ! Me voilà embarqué pour un Bourgogne Pinot Noir cuvée sapidus 2017 du domaine Mongeard Mugneret... à 14€ !

Je demande comme d'habitude une carafe d'eau. On vient me remplir gentiment mon verre, mais basta! Je n'ai pas le droit à la bouteille d'eau du robinet. Je ne dois vraiment pas faire Jet Set.

Velouté froid de petits pois, burrata Beef Bar restaurant Paris 8
Velouté froid de petits pois, burrata

L'entrée du jour (14€ tout de même), est un velouté de petits pois et burrata. La présentation est jolie dans ce grand bol avec ce feuilles d'oxalis rouge, ces feuilles vertes coupée (pas reconnue, basilic?), ces traits rouges et ce fromage frais au milieu. Autant le dire tout de suite, ce dernier n'a aucun goût. On sent bien les petits pois, même si ce velouté manque de finesse. Il n'a pas été passé visiblement. Seul l'oxalis tente de donner un peu de caractère à l'assiette, sinon, c'est morne.

Bavette de boeuf black angus prime nourri au grain 150 jours à l'échalote Beef Bar restaurant Paris 8
Bavette de boeuf black angus prime nourri au grain 150 jours à l'échalote

Après une attente certaine me permettant de me connecter au Wifi gratuit et de passer en revue mes flux de réseaux sociaux, arrive ma barbaque : une bavette de boeuf black angus prime nourri au grain 150j, à l'échalote façon "bistrot" (29€). C'est tellement cocasse d'avoir un plat de bistrot ici, n'est-ce pas Jean Edouard ( c'est mon ami imaginaire riche )?

Et là une grande énigme : Pourquoi servir le morceau de viande dans un plat en fonte froid (comme l'assiette) dans lequel il n'a pas cuit, avec un ramequin d'échalote et deux feuilles de basilic perdues là, on ne sait encore moins pourquoi? Quel peut être l'intérêt pour le client qui doit faire la dînette et transvaser les contenus du plats vers son assiette?

Autre énigme qui défie la raison : pourquoi avoir cuit une excellente viande avec force épices (coriandre graine et d'autres)? D'habitude cette technique est utilisée pour cacher la misère, là ça vient corrompre le bon goût de la bidoche. Cuisson parfaite et goût au niveau. C'est très bon.

En guise d'accompagnement, heu pardon, non, en guise de "side", qui est bien évidemment en sus, j'ai pris de la purée nature à 6€. Pourtant sur la carte il est bien indiqué que les "viandes et burgers sont accompagnées de frites fraîches". J'aurais peut-être mieux fait de ne rien commandé, j'aurais eu des frites ? On s'est bien gardé de me le dire.

En tout cas, cette purée est très bonne, pas trop beurrée.

Une fois finie la mini cassolette, le serveur accourt pour me proposer d'en reprendre une autre. Il aura le même réflexe pour le verre de vin. Par contre, pour avoir un autre verre d'eau du robinet, je peux me brosser, je n'aurais eu qu'un deuxième godet. Il fait soif.

Brioche façon pain perdu Beef Bar Restaurant Paris 8
Brioche façon pain perdu

Pour les desserts, on m'annonce les choix à l'oral : Panna Cotta du jour, trio de tartelettes et Pain perdu. Je choisis l'intrigant trio qui doit être à la fraise, à la pistache et aux noix, trois parfums que j'adore !

Après plus de 20 minutes d'attente, on m'apporte... un mille-feuille vanille-chocolat ! Une farce ! Mais non, il n'y avait plus de tartelette alors ils me refourgue une pâtisserie comme ça, en douce, qui n'était même pas dans les propositions. Au lieu de me demander avant, je trouve ça carrément impoli, et même si on me dit que "c'est gratuit" si je le prends. C'est quoi cette histoire? Il aurait été plus simple de me demander avant, je ne goûte guère le chocolat. Je renvoie l'assiette et demande le pain perdu à la place.

Encore 20 bonnes minutes d'attente. Voilà bientôt plus d'une heure vingt que je suis là... C'est très long.

L'assiette qui arrive ensuite est étonnante. Je n'avais jamais vu de tel pain perdu ! Au centre de l'assiette rectangulaire, un lingot doré de brioche. A sa gauche, deux petits pots collés à l'assiette : l'un contient du caramel, l'autre de la gelée (très bonne) de framboise. Il y a aussi de la chantilly à la vanille. Mais ce n'est pas tout puisque de l'autre côté il a de la rhubarbe pochée avec une boule de glace à la cardamome (pas reconnu le goût, j'ai dû demander)... Quelle collection de goûts! Ça n'a aucun sens ! Encore une fois il faut faire sa dînette (je déteste de plus en plus ça) dans une assiette qui contient de la vaisselle (ça aussi je déteste). La brioche s'avère très croustillante mais trop sucrée et presque pas imbibée de l'appareil à pain perdu... Pas dégoûtant, chaque élément se défend, mais ça n'est pas vraiment construit comme dessert.

Alors vous vous demandez peut-être ce que vaut ce vin à 14 balles? Bah pas de toute fraîcheur - il m'a été versé sans que je puisse le goûter depuis une bouteille presque vide qui datait au moins de la veille - légèrement oxydé, court en bouche, pas très droit, qui pique, pas bon quoi.

Comme il m'a fallu décrypter non sans mal le menu, c'est la même chose pour l'addition : 58,50€. Je ne vois pas les 14€ de vin, c'était donc bien compris avec la viande? Oubli, cadeau? Mystère. Le dessert me revient à 14€, là il ne m'a pas été offert tout comme le café facturé à 3,50€ et qui est servi sans mignardise.

Si on résume, je n'ai as eu le droit de manger dans la belle salle, j'ai mis 1h45 pour déjeuner, l'entrée était neutre, je n'ai pas eu mes frites pourtant indiquées sur la carte en plus de ma purée à 6 euros, le dessert dont j'ai découvert le prix sur l'addition, n'avait pas de sens, le vin dont des références manquaient à la carte, n'était pas bon, l'eau du robinet qui était rationnée, ça commence à faire cher la rigolade (jaune).

Heureusement que la viande et la purée étaient bonnes, mais c'est bien là, le seul atout de ce Beef bar où je ne remettrai très certainement jamais les pieds.

Beef Bar Paris
5 Rue Marbeuf
75008 Paris (Métro Franklin D Roosevelt)

Tel : 01 44 31 40 00

Ouvert tous les jours, brunch le dimanche

Les +:
_ si on a la chance de la voir, la déco de la salle Art Nouveau
_ les petits pains servis tièdes sont agréables
_ bonne viande et bonne purée

Les -:
_ cuisine pas aboutie
_ service long, très long et pas des plus professionnels
_ vin pas bon
_ eau du robinet rationnée, on pousse à la consommation à gogo (sachant qu'il n'y a que des "demi-Evian" et de la "Chateldon", tu sais bonne eau de Pierre Laval qui va t'être facturée une blinde)
_ mes frites ! Où sont passées mes frites?
_ des "sides" (accompagnements) de qualité mais au prix d'un plat
_ Cette douce impression de ne pas faire partie des clients bien comme il faut ou comme ils voudraient qu'on soit
_ A priori aucun geste commercial malgré les couacs, sauf si le vin m'a été offert et n'était pas finalement inclus avec la bavette...? Mystère.


Plan d'accès au restaurant Beef Bar Paris 8

Si vous avez aimé le Beef bar vous aimerez : 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article