Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Sola (Paris 5) : Sans fausse note

C'est la clé actuellement de nombre de restaurants pour obtenir une étoile à son fronton : fusionner gastronomies française et japonaise. Mais quand c'est aussi réussi que pour Sola, on comprend mieux cette récompense !

Sola restaurant Paris 5 Rue de l'Hôtel Colbert
Sola restaurant Paris 5

Quand on arrive devant ce restaurant et ses grilles en fer forgé devant les fenêtres, on pourrait croire qu'on a affaire à un club SM échangiste, ce qui, vous en conviendrez est un peu contradictoire avec le nom affiché : Sola.

Mais pour ce soir, la douleur n'est pas au programme, et je suis accueilli avec le sourire par une brigade en salle tout de noir vêtue.

La SaLle de Sola restaurant Paris 5
La Salle

Le bois est à l'honneur dans le salon dit "végétal". Un peu de lichen, des branchages séchés, une oeuvre d'art abstraite et un mobilier moderne composent la décoration de cette salle. Un comptoir est là, c'est évidemment ma place. Pendant tout le repas je vais être devant une jeune japonaise qui dresse les amuse-bouche et les desserts uniquement.

Côté ambiance sonore, de la musique lounge au mètre. Au mieux inutile, au pire agaçante.

Jolie attention Sola Restaurant Paris 5
Jolie attention

A ma place m'attend déjà le menu qui a été personnalisé avec un petit mot manuscrit de bienvenue ! J'adore ce genre de petits gestes. Et va, j'oublie la faute d'orthographe à mon nom, c'est l'intention qui compte !

Puis vient l'heure du choix, proposé d'une façon assez sibylline : "nous avons deux menus assez semblables, si ce n'est qu'il y a des petits changements d'ingrédients comme par exemple à la place du gaspacho il peut y avoir du homard". Pas de notion de prix affiché, mais bien sûr, le crustacé de luxe sert d'appât pour vous accrocher au menu unique à 115€ plutôt que 98. Pour ce prix-là, c'est 7 services qui sont inclus (3 entrées, 1 poisson, 1 viande et 2 desserts).

Pour le vin, il y a un accord de prévu pour un supplément de 70€ pour 4 verres de vin et 2 sakés. Quand on choisit au verre, 3 rouges et 3 blanc sont disponibles, et il ne faut pas espérer de conseils précis.

Amuse-bouche
Amuse-bouche

Amuse-bouche

C'est l'heure des amuse-bouche ! Dans un petit coffret en pin mignon tout plein, deux bouchées : Magret de canard, épices, mangue et vinaigrette au fruit de la passion, et un tartare de veau, sésame et pistache. A côté, sur une assiette cassée, une troisième agape : Maïs, livèche et poutargue. Question : comment manger ça, sachant que je n'ai que 2 petites baguettes à ma disposition? Allez, je commence avec les instruments japonais (non sans mal) et me résout sur les autres à utiliser mes doigts - non sans vérifier que personne ne me voit, comme ça personne ne sait ce que j'ai fait. Malin, hein? 

Très bon canard, délicieux tartare et très sympathique livèche. Voilà qui entame au mieux ce dîner! A noter que si j'avais pris le menu à 113€, j'aurais eu le droit à du caviar (5 grains) à la place du pétale de poutargue et un autre amuse-bouche à base de foie gras et de figue. Pas de regret!

Le restaurant se remplit vite. Beaucoup d'Asiatiques mais pas que. Quand soudain, arrive sous mes yeux effrayés, braillant sans retenu, un bébé dans une poussette ! Nooooooooooon ! Suis-je maudit au point de devoir subir ça dans un restaurant étoilé? Ouf ! Non, ils descendent à la cave, dans le salon japonais avec des tatamis et où il faut se déchausser (l'assurance d'odeurs méphitiques). Je suis sauvé !

Bonite, agrumes, poireaux Sol Restaurant Paris 5
Bonite, agrumes, poireaux

Sur le programme, ça s'annonçait simple : Bonite, agrumes, poireaux. Mais à l'arrivée, la liste des ingrédients est impressionnante pour cette entrée. Dans ce minuscule plat, rien n'est laissé au hasard, tout y est millimétré, ajusté à la perfection. Une nouvelle fois, les baguettes se révèlent peu commodes pour engloutir ça. La petites cuillère étant tout juste utile pour saucer. Mais c'est très bon, les différentes saveurs sont très marquées.

Gaspacho de tomates datterino, cerise, Yuzukosho Sola Restaurant Paris 5
Gaspacho de tomates datterino, cerise, Yuzukosho

La suite ne ressemble à pas grand chose : Gaspacho de tomates datterino, cerise, Yuzukosho. Une écume surmonté d'une fleur de fenouil et d'une dizaine de grains de caviar. A côté, pour accompagner, une focaccia maison. Mais il ne faut pas toujours se fier aux apparences, car ce plat est un petit délire de goûts en soit ! Quelle merveille! Quelle fraîcheur ! Quelle puissance ! Je suis emporté par une vague de bonheur. Le pain italien bien huilé couronne le tout. Fantastique !

Si j'avais choisi le menu le plus cher, je n'aurais pas eu le droit à ce grand moment émouvant, puisqu'en lieu et place du gaspacho était servi le petit bout de homard. Toujours aucun regret !

Foie gras fumé au cerisier japonais, anguille fumée, risotto croquant et espuma de truffe noire Sola Restaurant Paris 5
Foie gras fumé au cerisier japonais, anguille fumée, risotto croquant et espuma de truffe noire

A peine remis de mes émotions, voici la dernière entrée présentée comme plat signature du chef Kosuke Nabeta : Foie gras fumé au cerisier japonais, anguille fumée, risotto croquant et espuma de truffe noire. Ça sent bon. Des couverts sont enfin mis à disposition. Et là, la grande claque ! Quel bonheur intense ! Le goût fumé, le jeu de textures, les arômes précis et puissants, tout est parfait ! C'est un petit nirvana gustatif je dois bien le dire. Trop petit sans doute.

Maigre, palourdes, artichaut Sola restaurant Paris 5
Maigre, palourdes, artichaut

Très jolie assiette de poisson pour suivre. Toujours toute petite, mais elle donne faim : Maigre, palourdes, artichaut. Un bouillon de coquillage et gingembre particulièrement odorant est versé dessus. Le maigre qui a été grillé est un poil trop cuit à mon goût, mais c'est un plat très bien fait et bien bon tout de même.

Là, je me suis un peu loupé, enfin, j'ai raté ma bouche, ça arrive. La sanction suit immédiatement. "Plouf"! Et ma veste de se voir honorée d'une belle tâche de bouillon...

Carré d'agneau, wa-karashi, légumes sola restaurant Paris 5
Carré d'agneau, wa-karashi, légumes

J'ai encore bien faim quand le plat principal, la pièce maîtresse, le sommet annoncé de ce repas arrive : Carré d'agneau (en fait une côtelette minuscule), wa-karashi (en mousse), légumes (2 haricots beurre, 1 feuille d'épinard et 1 demi-pomme de terre grenaille) et une tuile de peaux de petit pois. La quantité déçoit un peu. Mais une fois goûté, j'oublie tout, c'est délicieux ! Un régal pour qui aime les viandes bien rosées voire saignantes. La fusion est parfaite !

Tiens, j'entends au loin le poupon qui geint, j'imagine la tête des autres clients....

Fraises, lait sucré, ume Sola Restaurant Paris 5
Fraises, lait sucré, ume

L'heure du sucré a sonné avec ce premier dessert : Fraises, lait sucré, ume. Dans un verre, un fond de purée de fraise, une glace, un siphon d'umé (abricot nippon) et un pétale de geranium. Pas trop de complexité ici, pas de question à se poser, je dégomme.

Menthe, sudachi abricot Sola restaurant Paris 5
Menthe, sudachi abricot

Je vois la jeune Japonaise s'en donner à coeur joie pour faire les "tâches" dans l'assiette pour le dessert qui suit : Menthe, sudachi abricot. Les jeux de texture cette fois-ci sont à la fête, elles y sont toutes comme tous les goûts ! Feu d'artifice final? Peut-être voulu ainsi, mais en tout cas je me régale.

Macaron matcha, chocolat blanc et miso Sola Restaurant Paris 5
Macaron matcha, chocolat blanc et miso

Avec le café (offert?), un simple macaron au thé matcha, chocolat blanc et miso. Très convenable sucrerie pour conclure ce repas qui aura duré 2 heures montre en main.

J'ai accompagné tous ces plats d'un verre de verre de vin-de-france languedoc blanc 2017, Domaine Christophe Peyrus et de coteaux-du-lyonnais 2017, Domaine Clusel-Roch, respectivement à 12 et 13€. Deux très beaux crus qui se sont bien accordés avec cette cuisine complexe et vive.

Forcément, la note finale reflète l'excellence de ce restaurant étoilé : 123€. Pour se faire plaisir ou à offrir, Sola ne peut que faire forte impression. Service parfait, plats ciselés, saveurs singulières et régalantes, voilà une table qui vaut la peine de se fâcher avec son banquier.

Sola
12 Rue de l'Hôtel Colbert
75005 Paris (métro Maubert Mutualité)

Tel : 01 42 02 39 24

Fermé le dimanche et lundi

Les +:
_ des plats formidables
_ service pro
_ le menu personnalisé
_ des produits magnifiques
_ pas obligé d'enlever ses pompes au rez-de-chaussée

Les -:
_ les gros mangeurs hurleront de voir de si petites portions parfois frustrantes
_ la musique complètement inutile, presque ridicule

Inscrivez-vous à la Newsletter !

* indicates required

Plan d'accès au restaurant Sola Paris 2

Si vous avez aimé Sola, vous aimerez :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Un beau bébé 10/08/2019 23:45

Franchement, faut arrêter avec ce délire sur les bébés ou les enfants au restaurant.
Ok, un gosse que ses parents ne tiennent pas, c'est insupportable, mais ça reste rare que ce soit à un tel point.
Un bébé qui crie un peu, ça va, quoi. Là, j'ai l'impression que c'est un article sur trois qui se plaint du sujet. Je sais bien qu'il faut trouver sa marque de fabrique comme blogueur mais ça devient répétitif et vaguement antipathique.