Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Le Top des restos du mois d'août 2019

Pas évident de trouver des restaurants ouverts en plein mois d'août, en tout cas j'en ai trouvé 24 où m'attabler. Retrouvez ici le classement du meilleur au plus décevant!

Sola Restaurant Paris 5
Sola Restaurant Paris 5

1. Sola (Paris 5)
2. Le Café des Ministères (Paris 7)
3. Fleur de Pavé (Paris 2)
4. Auguste (Paris 7)
5. Sanguine (Paris 18)
6. Le Maquis (Paris 18)
7. Flocon (Paris 5)
8. La Table du 53 (Paris 2)
9. Le Severo (Paris 14)
10. Bistrot S (Paris 11)
11. L'Ordonnance (Paris 14)
12. L'Escient (Paris 17)
13. La Fourchette du Printemps (Paris 17)
14. Les Polissonnes (Paris 10)
15. Mieux (Paris 9)
16. Do et Riz (Paris 11)
17. Cadence (Paris 11)
18. La Dalle (La Défense)
19. Gabylou (Paris 17)
20. Villa 9Trois (Montreuil)
21. A L'Improviste (Paris 2)
22. Garçon! (Paris 6)
23. La Cave (Montreuil)
24. Mamie Bidoche (Paris 11)

En première position, un restaurant étoilé qui fusionne avec bonheur les gastronomies françaises et japonaises : Sola. Tout y est bien ordonné, rien ne dépasse, mais certaines assiettes sont magistrales! Dans la salle du haut (avec chaussures) ou en bas (sans), l'expérience est à faire !

C'est le coup de coeur du mois incontestablement : Le café des Ministères mérite les louanges et donc cette deuxième place. Sous ses allures de bistrot lambda, cette table parvient à enchaîner les assiettes d'exception, il n'y a qu'à voir son vol-en-vent, plat signature !

Sur la troisième marche du podium, un petit nouveau qui devrait très vite voir figurer son nom dans tous les guides gastronomiques : Fleur de Pavé. Son chef, Sylvain Sendra déroule avec aisance une partition très personnelle qu'il adapte au gré de ses humeurs. Les quelques places au comptoir sont les meilleures, le spectacle y est total, et c'est l'occasion d'échanger avec ce chef d'un grand talent!

Au pied du podium, un restaurant discret mais qui cultive depuis quelques années son identité gustative et qui lui vaut une étoile. Auguste, restaurant sophistiqué à certains égards mais pas du tout intimidant permet de goûter des plats magnifiques concoctés par Gaël Orieux. Menu déjeuner au prix incroyable de 39€ !

La cinquième place revient à Sanguine, la réelle révélation de ce mois-ci. Je ne m'attendais pas à ça ! Ce bistrot dérivé de l'Esquisse, conserve les codes du troquet en apportant une patte de fraîcheur dans sa cuisine. C'est simple, mais redoutablement bon ! Et le choix des vin s'avère rusé et pas cher !

6ème, une jeune adresse qui verse aussi dans le bistrotier : Le Maquis. C'est bon, bien vu et pas cher, tous les atouts qu'on aime ! Un peu branchouille, mais on oublie vite tant c'est bon !

Flocon hérite de la 7ème place de ce classement exigeant ! Cette nouvelle table de la rue Mouffetard ne se donne pas des faux airs de "coolitudes". Déco ultra simple, ambiance calme et classique et surtout jolie cuisine servie, avec de l'originalité et du goût.

En théorie, la Table du 53 devrait se retrouver bien plus haut dans ce classement que la 8ème position. Il y a quelques mois, lorsque l'endroit s'appelait encore le Passage 53, il y avait 2 étoiles. L'équipe n'a pas changé, même si le chef Sato ne fait plus que superviser la carte de loin, et les prétentions gastronomiques sont à la baisse comme les prix qui ont fondu comme gras double au soleil. Accent sur les desserts, même si le salé demeure toujours aussi bien réalisé, Il n'y a plus cette pointe de folie qui caractérisait jadis l'endroit.

Pour la 9ème place, un restaurant réticent à tout changement et qui se campe dans une cuisine française résolument carnée, le Severo. Le patron boucher de profession, ne cherche que les meilleures viandes à maturer. Classique, mais définitivement bon.

Le Bistrot S, grâce à son chef japonais Shimpei Oié, a bien des atouts pou plaire et les assiettes dégagent une certaine grâce. Encore un peu en rodage, il y a fort à parier que dans les semaines à venir ce Bistrot S fasse parler de lui. 10ème.

Avec l'Ordonnance, on a affaire à un "vieux de la vieille", mais qui ne se fatigue pas. Beaux produits, cuissons parfaites, les plats à déguster ont un goût de réconfort. Avec son ambiance de bistrot à l'ancienne, on s'y sent bien. 11ème position.

Pour la douzième place une ode à la famille avec l'Escient! Ici, papa et fille tiennent les fourneaux tandis que maman sert les clients avec le sourire et gentillesse. En plus, les produits sont beaux et suivent scrupuleusement les saisons. Une belle bistronomie qui n'essaye pas de faire des démonstrations alambiquées et qui vise souvent juste.

En 13ème position, un restaurant qui a perdu en janvier dernier sa précieuse étoile Michelin : La Fourchette du Printemps. Pourtant les plats qui débordent de générosité (ho ce dessert !) sont bien faits avec des bases classiques. Mais voilà, on me faisait remarquer que la carte n'avait pas vraiment changer ces dernières années...

Juste derrière se trouve une toute nouvelle table qui n'a pas du tout les mêmes prétentions : Avec les Polissonnes, Charlotte la patronne a monté un bistrot en connexion directe avec les producteurs. La cuisine est simplissime, mais les bons produits pas chers, ça fait toujours du bien. Rajoutez à sa une bonne ambiance et du bon vin, et on obtient une place parfaite pour s'amuser dès l'apéro !

Mieux fait gentiment parler de lui sur les réseaux sociaux grâce à ses dressages originaux et soignés. Une cuisine bistronomique qui cependant manque de caractère et de pep's. Ça reste bon évidemment, mais la salle bruyante me conforte dans le fait de le classer 15ème.

Ça y est ! j'ai pu enfin tester ce fameux Do et Riz, un restaurant vietnamien qui fait toujours salle comble. Il faut dire que c'est plutôt bon. Pas d'excentricité à signaler, mais au contraire des plats qui fleurent bon la tradition cependant un peu plus cher que ce qui se fait ailleurs... 16ème.

Pour la 17ème place, un nouveau restaurant qui a le potentiel pour briller: Cadence. Ce soir-là, sur les 8 petites assiettes dégustées, 2 étaient franchement très bonnes, 4 très agréables et 2 n'avaient aucun intérêt. Mais voilà, la musique à fond les ballons gâche une grande partie du plaisir. Cependant, l'ambiance du déjeuner, plus calme, peut cacher une bonne surprise, à tester !

C'est un fast food qui se place en 18ème position : La Dalle par Julien Duboué. Des goûts très consensuels, de la très bonne boulangerie et une offre marketing confuse, voilà ce qui ressort de cette cantine de bureau.

Gabylou s'offre seulement une 19ème position, car je dois bien l'avouer, tout n'était pas parfait dans mes assiettes. Cependant, l'ambiance et l'accueil formidable compensent en partie ces écueils bien regrettables.

Pour la 20ème place, un restaurant de Montreuil, mais attention, c'est LE restaurant chic de la ville. La Villa 9Trois propose un cadre unique pour le temps d'un repas, surtout aux beaux jours avec une terrasse formidable. Malheureusement, dans l'assiette c'est un brin pompeux et pas toujours très fin.

A l'Improviste se retrouve 21ème. Un bistrot dans son jus qui ne bouge pas au fil des années. Les assiettes y sont généreuses et l'ambiance cordiale, mais le dessert franchement loupé a douché mon enthousiasme. Dommage.

Garçon a pris la place du Café Trama, en gardant l'équipe, la carte et les tarifs. Comme le Café Trama, Garçon propose une cuisine simple (hormis mon entrée qui laissait espérer un beau potentiel), chère (18€ le croque monsieur au "sel de truffe") et pas toujours réussie comme ce dessert trompeur où j'espérais avoir des framboises à foison et où je n'en ai eu que 5 et même pas mûres !

Encore une adresse de Montreuil, et encore une déconvenue qui atterrit à la 23ème position de ce classement avec La Cave. Outre la déco pas des plus heureuses, la cuisine s'avère décousue et parfois incongrue comme cette étrange glace au cèpe qui trône sur un magret de canard qui surmonte lui-même des patates qui se noient dans une sauce sucrée qui sent la cannelle...

Je ne peux que placer Mamie Bidoche en dernière position de ce classement. La déco maison de poupée a de quoi faire suffoquer tout comme le cochon cuit en basse température ce qui lui confère une sécheresse pas des plus agréables. Pas vraiment de cuisine à l'horizon, ici on cherche à surprendre les habitués du McDo, pas plus.

Inscrivez-vous à la Newsletter !

* indicates required
Les Meilleurs restaurants testés au mois d'août 2019

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article