Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Brach (Paris 16) : Sauvé de justesse!

Le designer Philippe Starck continue son histoire d'amour (et économique) avec l'art de vivre avec ce nouvel hôtel "de luxe". Brach a ses 5 étoiles, et donc aussi son restaurant éponyme.

Brach Restaurant Paris 16 rue Jean Richepin
Brach Restaurant Paris 16

Vu de l'extérieur, l'Hôtel Brach ressemble à un bâtiment de bureaux sans aucun charme. Entrée discrète (il y a quand même un voiturier), et dès le lobby, grosse décoration de Noël, j'en ai plein les yeux ! De peluches, des arbres, des guirlandes lumineuses (couleur blanche, sinon ce serait vulgaire), c'est très bien fait et presque digne des vitrines des grands Boulevards. Manquent quand même les animations !

La salle de Brach restaurant 16
La salle

La salle du restaurant en impose. Par sa taille tout d'abord, c'est immense ! Comptoir géant, vitrine de pâtisseries, une armoire à légumes transparente, cuisine ouverte, grandes tables d'hôtes et une myriade d'autres places avec des banquettes confortables et gros coussins, dans une déco flamboyante et colorée avec goût. Du sol au plafond, tout a été pensé pour faire joli.

On croirait que la carte a été taillé sur mesure pour les lectrices de la presse féminine branchouille : "jus détox", "mezze", "crudo", "végétarien"... chaque section possède son petit nom bien plus chiadé qu'un banal entrée, plat et dessert. D'ailleurs, par manque d'imagination peut-être, la section des plats principaux n'a pas son petit nom! Il doit bien exister un mot en "-ing" qui doit faire "style" pour ça, non?

Bref, les prix et les intitulés des plats s'avèrent conformes au lieu : un registre international au prix élevé. Pas de traces d'une formule déjeuner ce samedi-midi. Par exemple, l'assiette de houmous est facturée... 14€ ! Le Tatziki, 11€, ou les 3 huîtres "à la marcocaine" 18€. Côté vin, même sens de la flambe avec plusieurs références à 4 chiffres, et jusqu'à 6000€... On vient ici pour se faire voir et claquer ses économies. D'ailleurs ça ne manque pas, assise à l'une des tables hautes, j'entends une voix gouailleuse qui résonne comme si cette personne voulait se faire entendre de toute la salle. Une célébrité évidement, une humoriste bien connue.

Arancini, thon rouge et zestes d'agrumes Brach restaurant Paris 16
Arancini, thon rouge et zestes d'agrumes

Je suis intrigué par l'un des plats classés dans le "crudo" : Arancini au riz safrané, thon cru et zestes d'agrumes (19€). Un mariage fusion étonnant. Et effectivement, après quelques minutes d'attente est servi une très longue assiette avec 5 bouchées. Les boulettes "cubiques" de riz et fromages, sont bien panées et dessus, un morceau de poisson cru avec des zestes de citrons verts et jaunes. Il y a la dose ! L'intérieur de chaque arancino est bien fromager et safrané. Ça ne va pas vraiment de pair avec le poisson cru. Il aurait dût choisir son camp : Italie ou Japon! Le résultat n'est pas mauvais, chaque élément étant bon, mais l'ensemble est brouillon et fait appel à trop de saveurs différentes. Il y a un côté junk food à vouloir mélanger tout ça.

Tentacule de poulpe à la plancha, condiment d'olive noire, tomates confites Brach restaurant Paris 16
Tentacule de poulpe à la plancha, condiment d'olive noire, tomates confites

C'est le hit parisien du moment ensuite que je commande. Pas une table sans poulpe ! Ici c'est un tentacule à la plancha, condiment d'olive noire, tomates confites (32€). C'est très joliment présenté, l'animal coupé en petits tronçons, et chaque tomate colorée repose sur une pointe de tapenade chaude. Premier soucis, cette dernière préparation déjà salée naturellement devient sur-salée en étant chauffé. Pas de pain non plus pour manger avec ça. Ici, servi chaud il est facturé. 

Deuxième problème, et celui-là est de taille, le poulpe est caoutchouteux au possible. Mieux vaut avoir une solide mâchoire pour en venir à bout. Chaque bouchée s'approche plus du supplice de la salle de gym que d'un déjeuner agréable au bord de mer... Me voyant lutter avec la bête, le chef de salle vient me voir si tout va bien. Et là, comme d'habitude, je ne mens pas. C'est difficilement mangeable. C'est alors qu'il me propose bien gentiment de me faire un autre plat. C'est bien agréable comme attitude. J'avoue que renvoyer un plat ne m'arrive pas souvent, et c'est même la première fois que je le fais avec le chef qui cuisine à 2m de moi (oui, je suis seul au comptoir!). Ce dernier, après avoir goûté mon assiette, en convient, ça n'allait pas, et vient me présenter ses excuses.

Volaille grillée au four, sauce kamoune Brach restaurant Paris 16
Volaille grillée au four, sauce kamoune

J'ai donc le droit à la Volaille grillée au four, sauce kamoune. Quatre morceaux de poulet à la peau croustillante et avec un paquet d'épices : cumin, curry, coriandre et autres... avec une sauce tomate épaisse. Pas vraiment de finesse, de la cuisine et des goûts massifs. Pas mauvais - en tout cas bien meilleur que le poulpe! - et le poulet parvient à ne pas être trop sec. Je mange avec plaisir ce plat facturé 28€.

Vitrine des desserts et Paris-Brest
Vitrine des desserts et Paris-Brest

Vitrine des desserts et Paris-Brest

Puis vient l'heure du dessert. Pas vraiment de carte, mais une vitrine où l'on choisit à peu près ce que l'on veut ! Je me lève et découvre avec un émerveillement gourmand toute la sélection ! Il faut m'imaginer avec les yeux qui brillent (et la bave aux lèvres...). Contrairement au reste du repas, ici la finesse est au rendez-vous : normal, rien n'est fait ici, et c'est la boutique de Yann Brys (MOF) qui s'en occupe.

"Pif, paf, pouf, ce sera toi que je mangerai" : Paris-Brest. Un beau gros chou rempli généreusement de crème praliné et avec un insert praliné. Sans faute, c'est bon. Et là je me dis que la formule tea-time doit valoir le déplacement ! Une impression confirmée par d'autres témoignages depuis !

Pour le vin, rien de bouleversant, sauf les prix. J'ai accompagné mon repas de deux verres de Petit Chablis à 12€ pièce. Ce Christophe et fils 2018 se trouve sur internet à... 12€ la bouteille. Et vas-y le gentil coef 6 ! Le vin est correct mais ne vaut pas ce prix-là.

Gentiment, le café m'est offert, et l'addition pèse lourd : 80€ pour ce déjeuner. Le poulpe ne m'a pas été facturé évidemment, mais malgré ça, ma CB a chauffé. Brach est très cher et délivre une cuisine internationale qui manque de finesse et de subtilité, pas vraiment à l'image luxueuse du lieu. Si tout n'est pas mauvais, le point fort demeure cette vitrine de desserts formidable. Revenir ici, pourquoi pas, mais pour l'heure du thé uniquement !

Brach restaurant
1-7 Rue Jean Richepin
75016 Paris (métro La Muette / Rue de la Pompe)

Tel : 01 44 30 10 00

Ouvert tous les jours

Les +:
_ déco splendide
_ la vitrine de desserts de Yann Brys
_ service professionnel

Les -:
_ hors de prix
_ vin au verre coef 6 !
_ manque de finesse dans les saveurs
_ pain, pain où t'es?

Inscrivez-vous à la Newsletter !

* indicates required
Menu BrachMenu Brach

Menu Brach

Les points de détail de Brach
Serviette en tissus
Changement de couverts à chaque service
Nappe en tissus
Bonne réception mobile
WiFi gratuit
Musique inutile en fond sonore
Adapté pour les enfants bien élevés
Volume sonore moyen 61dB
Toilettes bien entretenues
Même menu midi et soir (hors formule)
Réservation possible
Vin au verre goûté avant d'être servi

Accès au restaurant Brach Paris 16

Si vous avez aimé Brach, vous aimerez :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article