Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Elémentaire. (Paris 2) : comme quoi, la cuisine c'est pas si facile !

En goguette du côté des Halles pour suivre les séances de l'Etrange Festival, j'en profite pour faire un tour des nouvelles adresses du coin comme le restaurant élémentaire. Quelques fois, la curiosité est un vilain défaut, la preuve.

élémentaire. Restaurant Paris 2
élémentaire. Restaurant Paris 2

De l'extérieur, élémentaire. (sans majuscule ET avec un point final) a de l'allure. Une  Belle terrasse de quoi attirer les soiffards de la rue Montmartre adjacente,une  façade refaite à neuve, de la végétation ! Voilà une belle invitation à y rentrer.

Salle de élémentaire. Restaurant Paris 2
Salle de élémentaire.

A l'intérieur, grand style ! Une hauteur de plafond impressionnante, différents niveaux proposant ainsi des alcôves cosy, mobilier moderne et grand bar élégant, c'est prometteur ! Manifestement les propriétaires du lieu ont pensé à tout !

Côté carte, pas de formule le soir (le midi un menu à base de pâte ou de salade est proposé pour 18 euros), mais des tarifs modérés : des entrées à 7 euros, des salades à 13, des pâtes et risottos au même prix et des plats à 16 euros. Côté vin, une formule originale à la ficelle, où l'on paye uniquement ce que l'on a consommé (1,80€ les 5 cl).

L'oeuf imparfait sous une tombée de jambon cru croustillant Restaurant élémentaire Paris 2
L'oeuf imparfait sous une tombée de jambon cru croustillant

A peine installé, on me met sur la table une bouteille d'eau micro-filtrée sans me demander mon avis et sans dire si c'est offert ou non... Etonnant.

L'entrée arrive. Mais qu'est-ce que que c'est que ce truc? Un "Oeuf imparfait sous une tombée de jambon cru croustillant" ! Un intitulé ampoulé pour un oeuf à la neige cuit au micro-onde avec un jaune cru rajouté ensuite, et avec des petits lardons de jambon cru... qui ont été cuits, forcément. Passée la surprise, il convient à présent de prendre son courage à deux mains (ou plus) pour goûter la chose. Et là, aucune surprise malheureusement : ni le blanc, ni le jaune n'ont été assaisonnés. C'est fade. Le jambon cru lui, cuit façon bacon est particulièrement salé, mais ça ne se mélange pas avec le reste dans la bouche, et on navigue entre l'insipide et l'ultra-salé. C'est bien le plus mauvais plat que j'ai pu manger au restaurant cette année ! Chapeau ! C'est une belle performance !

Mon éducation de fer étant, je me force à finir cette entrée, même si j'ai longuement hésité à l'abandonner à mi-course...

On vient me débarrasser mon assiette vide, et là, c'est la question qu'il ne fallait pas me poser "Vous avez aimé?". Comme je ne mens pas je réponds "heu, non, pas vraiment". Elle sourit, pensant à une bonne blague rigolote tout plein. Mais "sans rire, non, c'était pas bon" rajouté-je. Et de lui expliquer mon opinion sur ce plat. Contrite, désolée, elle repart penaude en cuisine pour signaler ça... Mais aussi faut pas poser une telle question, elle doit bien savoir que ce n'est pas très bon !

Ballotine de poulet basquaise au chorizo : crémeux de pommes de terre élémentaire restaurant Paris 2
Ballotine de poulet basquaise au chorizo : crémeux de pommes de terre

Place au plat. Après tout, cette entrée n'était peut-être qu'un loupé perdu au milieu d'une carte formidable? Ballotine de poulet basquaise, crémeux de pommes de terre. Je ne le répéterai jamais assez, le coup de la vaisselle posée dans la sauce d'une assiette, c'est pas ragoutant. Comme ce crémeux que j'ai d'abord confondu avec un risotto (pas doué le gars!). Petit problème, il n'a pas été assaisonné du tout. Insipide au possible, j'ai dû chercher un salière. Une fois réarrangé, ce bloubiboulga passe mieux. Du côté de la "ballotine de poulet basquaise" (le dire avec la bouche en cul de poule et l'air d'une rombière fière de son plat de luxe présenté à ses invités), c'est le Sahara. C'est sec ! Heureusement, la sauce rapporte de l'humidité au tout, mais aussi son sel (trop!). Au final, c'est un peu un poulet basquaise revisité, mais en moins bien. Mais je suis nostalgique et je pense à mon unique année passée à la cantine scolaire... c'est le même niveau. Ca tombe rudement bien c'était en cours "élémentaire" !

Fraisier tout pistache élémentaire. restaurant Paris 2
Fraisier tout pistache

Le dessert allait-il sauver l'affaire? Un fraisier tout pistache ! Il a une bonne tête ce gâteau. Sur un biscuit financier amande/pistache, se trouvent des petites fraises mara des bois, de la crème pistache et des chips croustillante. Simple, mais réussi. Sans être foudroyant, ce dessert se situe nettement au dessus du reste. On sent bien l'amande amère qui a été rajoutée, le goût de pistache n'est pas ultra prononcé, mais est bien là. Les fraises sont bonnes. Un honnête dessert.

Côté vin, j'ai donc pris une ficelle. Au choix, il y avait du "Côte du Rhône" sans autre précision (trop dangereux, les trous à l'estomac ça fait mal), ou du blanc. Du Muscadet ou du... Monbazillac ! Fin de la blague. Ce sera donc 5cl du Muscadet. Le vin est fuyant, avec des notes aqueuses et acides. Aucun intérêt, sauf celui d'essayer de se saouler avec une garantie de gueule de bois monstrueuse le lendemain.

Quand l'addition arrive, j'en ai pour 31,80€. Pas trop cher pour le quartier pour manger le soir, encore faudrait-il que ce soit bon ! Je précise aussi que l'eau n'est pas facturée (là j'aurais été très mécontent).

Les +:
_ joli cadre
_ le dessert moins mauvais que le reste

Les -:
_ pas bon
_ vin à la ficelle pas bon
_ service peu réactif

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article