Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Les Caves Pétrissans (Paris 17) : du classique sans panache

J'ai fait une rencontre. Rien de sentimental ici. Pourtant on nourrit une passion commune, celle du bien manger. Avec Alexandre Fünfrock (la Table d'Ogre), je me suis posé dans les Caves Pétrissans qui a donc eu le droit le même jour à la visite de 2 blogueurs. Les chanceux !

Les Caves Pétrissans Restaurant Paris 17
Les Caves Pétrissans Restaurant Paris 17

J'ai d'abord reçu un message. Puis très vite, tout s'est enchaîné. Une proposition plutôt honnête de tester une table, à deux, pour un travail à quatre mains. Il me propose alors d'aller chez Oxte. Super adresse, sauf que, j'y suis déjà allé lui répondis-je... Mais pour ne pas briser cet élan je lui fis à mon tour des propositions dont Les Caves Pétrissans, un restaurant qui m'avait été conseillé par Jérôme (oui, vous savez, la star de la télévision française!).

Le rendrez-vous pris, j'arrive à l'heure convenue devant ce restaurant, qui au vu de sa devanture orange terne (ou sale?), a déjà bien vécu. Il faut dire que l'établissement a été créé en 1895... A l'entrée, on m'invite à m'asseoir à une table. Mais à trois encablures de là, je vois un autre ermite seul qui m'interpelle ! C'est bien Monsieur Ogre, Alexandre ! On aurait dû penser à un signe de distinction discret comme un oeillet rouge, ça ne s'est jamais fait je pense.

Je me rapatrie alors vers sa table sans se faire légèrement houspiller au passage par le chef de salle qui m'avait assigné la place. Mais voilà, un homophone nous avait trahi. C'est cocasse quand même ! (non pas vraiment en fait, mais bon...)

La salle fait un peu moins vieillotte que l'extérieur. On sait qu'ici, on va manger des classiques de la cuisine française, voire franchouillarde, n'ayons pas peur des mots. Les tables sont plutôt resserrées.

Le temps de faire un peu connaissance, on se plonge vite dans la carte (smartphone en main quand même, on est blogueurs quoi !). Le menu s'affiche à 44 euros tout de même, à choisir parmi un plat du jour ou certains plats de la carte signalés par un "M". Sont-ils maudits pour autant?

Terrine d'oreilles de cochon en gelée Les Caves Pétrissans restaurant Paris 17
Terrine d'oreilles de cochon en gelée

Sur le papier, l'intitulé de mon entrée a provoqué de suite l'activation de la production d'amylase salivaire dans ma bouche (je fais genre mais bon ça veut juste dire l'eau à la bouche...) : Terrine d'oreilles de cochon en gelée. Je m'imagine déjà avec une belle tranche dans l'assiette, du croquant, un bon goût de cochon, voire un supplément de gelée parfumée dessus...

Mais non. Déception. La terrine est servie façon carpaccio. Adieu joli croquant ! Servi avec une sauce vinaigrette, ce plat se rapproche beaucoup du museau de porc. Pas mauvais, mais pas aussi bon que je l'espérais.

Terrine d'oreilles de cochon en gelée Les Caves Pétrissans Restaurant Paris 17
Salade de rillons de porc

En face de moi, Alexandre s'est laissé tenté par l'entrée du jour : la salade de rillons de porc. Son assiette m'a paru chiche. Et de rillons, j'ai plus eu l'impression de petit salé. D'ailleurs, ce blogueur émérite me signale qu'il est tombé sur un morceau particulièrement corsé niveau sel. Les produits sont frais et de qualité, c'est toujours ça.

Aile de raie aux câpres Les Caves Pétrissans Restaurant Paris 17
Aile de raie aux câpres

Pour le plat, mon choix s'est porté sur une aile de raie, enfin, sur un morceau d'aile de raie. Le poisson en légère sur-cuisson mais sans goût d'ammoniaque quand même, est accompagné d'arides légumes vapeur. Le ramequin de sauce, en plein milieu de l'assiette (horreur !) s'avère de l'huile avec des câpres. En fait, elle ne fait qu'apporter de la rondeur au poisson et aux légumes un peu secs, mais s'avère peu parfumée. Il faut se rappeler que ce plat du jour est à 28 euros sur la carte tout de même !

Tête de veau sauce ravigotée Restaurant Les Caves Pétrissans Paris 17
Tête de veau sauce ravigotée

Quand je regarde l'assiette de mon coreligionnaire du jour, je crois être puni. Qu'est-ce que j'ai fait de mal? Moi, j'ai un poisson sec avec des légumes vapeurs, et en face de moi je vois une belle portion de tête de veau. Joue, langue et cervelle sont de la partie. Pas trop de gras à l'horizon, et un excellent goût. Oui, je peux vous le dire, je regrette mon choix, amèrement... Alexandre regrette pour sa part de ne pas avoir une sauce gribiche pour accompagner son plat gourmand et roboratif (mais je me fais du mal en écrivant ça!)

Crème brûlée Restaurant Les Caves Pétrissans Paris 17
Crème brûlée

Pas de brouille pour le dessert, on a choisi la même chose : une très classique crème brûlée. Couche de caramel bien croquant, crème en dessous qui se tient bien mais s'avère un peu trop sucrée pour moi. Le goût de vanille est bien là. De l'avis d'Alexandre, expert et surtout formé à l'école Ferrandi, il s'agit bien là d'un dessert maison.

Comme c'était un peu la fête, nous avons pris une bouteille pour ce déjeuner : Touraine 1ère vendange d'Henry Marionnet à 25 euros pièce, c'est raisonnable. Et en plus, il s'avère plutôt bon bien que servi glacé...

Addition finale : 56,50€ par personne, pour un repas qui avait pas mal d'imperfections, ça fait cher. Pas mauvais certes, mais loin d'être parfait, surtout à ce prix-là.

Mais l'essentiel n'est pas là, c'était une chouette rencontre, merci Alexandre !

Les Caves Pétrissans
30 bis avenue de Niel
75017 Paris (Métro Pereire)

Tel : 01 42 27 83 84
Fermé samedi et dimanche

Les +:
_ le vin plutôt bon et pas trop cher
_ de bons produits
_ la tête de veau

Les -:
_ tout n'est pas maîtrisé, manque de goût
_ ça fait cher pour un repas à ce prix-là
_ les tables très proches des unes des autres

Plan d'accès au restaurant Les Caves Pétrissans Paris 17

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article