Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Mamie par Jean Imbert (Paris 16) : de la cuisine ménagère au prix gastronomique

Quel succès ! Pour obtenir une place pour déjeuner dans le nouveau restaurant de Jean Imbert, Mamie, il faut être patient avec son site internet. Le chef médiatique sait remplir ses établissements... et sa tirelire !

Mamie par Jean Imbert restaurant Paris 16 Rue Jean de la Fontaine
Mamie par Jean Imbert restaurant Paris 16

Je suis toujours étonné par la notoriété de Jean Imbert. Ça fait maintenant presque 7 ans que le brun aux cheveux en bataille a remporté sa saison de Top Chef, et pourtant il parvient à toujours faire parler de lui (dans les magazines people aussi!). As du marketing, son restaurant l'Acajou s'était fait une belle réputation auprès des stars, un peu moins avec les gastronomes qui trouvaient son menu un peu cher payé.

Changement de cap complet, l'Acajou est devenu Mamie, car ici, les recettes servies proviennent directement des précieux carnets de la grand mère du chef. Un retour à l'essentiel, nourrir avec du goût et des bons produits.

Extérieurement, aucune ostentation, ce restaurant sait se faire oublier. Il faut aller chercher son nom sur la petite carte affichée à l'entrée.

La Salle Mamie par Jean Imbert Restaurant Paris 16
La Salle

Dans la salle qui peut accepter une quarantaine de couverts, on retrouve des murs bruts - très à la mode - ou du vieux papier peint rétro. Le maître des lieux a fignolé tous les détails : grande table d'hôtes (il y a de fortes chances que vous y soyez installés) avec trois grosses boules en verre en guise de luminaire, véritable couteau Opinel griffé Mamie, demi-baguette de pain rustique pour chacun avec un beurre eau priment d'Espelette (délicieux!) en forme de cône, un bar en carrelage, de la vaisselle de style ancien qu'on trouve de plus en plus dans les restaurants parisiens...

Les détails de Mamie par Jean ImbertLes détails de Mamie par Jean Imbert
Les détails de Mamie par Jean Imbert

Les détails de Mamie par Jean Imbert

Je m'installe au comptoir. A ma gauche, un autre détail plein de "sel" : une veste rouge vif avec l'imprimé "mamie" dans le dos. Mamie superstar ! J'espère que sa cuisine est aussi bonne qu'elle est bien vendue ! En tout cas, en tant que restaurant branché, j'ai bien une "célébrité" à ma droite en la personne de Pierre Bonte, un indice imparable !

Pour le menu, n'espérez pas profiter d'une formule maline et pas chère, tout est à la carte. Des plats à partager pour la plupart, car cette cuisine est largement tournée vers la convivialité, un choix qui n'est pas sans rappeler Joïa...

Les prix? Des grandes terrines à partager (24 ou 32€!), des entrées à partir de 9 euros (pour le concombre à la crème crue et le pichet de Bouillon) et jusqu'à... 24€ pour les asperges blanches grillées et sabayon! Pas donné donné. Même topo pour les plats dont les tarifs qui naviguent entre 19€ pour l'Endive au jambon et 49€ pour le homard bleu à l'américaine. Autant de plats qui fleurent bon la tradition voire le Ginette Mathiot !

Concombre, crème crue, estragon Mamie par Jean Imbert Restaurant Paris 16
Concombre, crème crue, estragon

Je commence donc avec le concombre, crème crue et estragon. On ne badine pas avec les quantités manifestement, l'assiette creuse est bien garnie. En guise de déco, un carpaccio de concombre avec au-dessus un "caviar" d'olives. Et autant vous le dire tout de suite, heureusement qu'il est là! Car pour le reste, il n'y a que du concombre, un peu de crème, de l'estragon (un peu), trois feuilles de mâche... autant dire pas grand chose qui a du goût hormis ces olives. C'est très, très simple, mais bien assaisonné. La question est de savoir si on peut vraiment avoir envie de se déplacer dans un restaurant pour manger ça à 9 euros l'assiettée?

Je remarque de nombreuses tâches sur le comptoir. J'ai l'impression que le carrelage poreux qui le recouvre absorbe les tâches... à moins que ce soit mal nettoyé?

Blanquette carottes fanes Mamie par Jean Imbert Paris 16 Restaurant
Blanquette carottes fanes

Un peu d'attente, mais pas trop et mon plat arrive : dans un poêlon en cuivre qui repose sur un dessous-de-plat (comme à la maison, toujours ce sens du détail!), ma blanquette !

Petit étonnement : si je vois bien du riz, des lamelles de radis noir cru, des carottes fanes confites, pas de traces de viande... Sur la carte, c'est vrai qu'il n'était marqué nulle part "veau". Seuls les légumes étaient précisés. Soudain, l'effroi me saisi : Allais-je manger végétarien malgré moi?

Quand tout à coup, la grande blonde filiforme revient prendre le plat après y avoir jeté un coup d'oeil en me disant qu'il y a un problème! Il manquait juste la viande ! C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, la viande dans une blanquette, ça veut dire beaucoup !

Une telle présentation et les immenses assiettes sont vraiment bien pensées pour partager ses plats, et se les faire goûter les uns les autres. Je suis seul.

La viande est bien cuite et s'effiloche sans mal, mon Opinel va rester tranquille. La sauce est délicieuse, bien gourmande et de la juste consistance. Le riz pour sa part est cuit de manière satisfaisante, même si je ne suis pas fan des grains de riz torréfiés et croquants rajoutés sur le dessus pour donner une autre texture. C'est somme toute une bonne blanquette au goût puissant. Je n'aurais pas été contre en avoir plus (au moins de la sauce et du riz!)

Mais il faut bien laisser de la place pour le dessert !

J’aperçois à côté de moi l'endive au jambon puis le gratin de daurade : deux plats à la présentation informe. Comme à la maison, mais en moins soigné quand même pour faire "roots", c'est telllllement charmant !

Baba au rhum Mamie par Jean Imbert Paris 16 Restaurant
Baba au Rhum

Le choix s'avère assez rapide puisque la carte imaginée par Cédric Grolet en personne (chef pâtissier au Meurice) ne comporte que deux choix pour 1 personne... Tout le reste est à partager. Quelle idée?

Je me rabats donc sur le baba. Depuis le début du repas, le gâteau trônait en face de moi, c'est un signe diront certain(e)s! Une large tranche est découpée, trois gouttes de rhum rajoutée vite fait dessus, et à côté un pot à ouvrir de crème légère à la vanille, et zou ! 16 euros... Moi qui aime avoir un baba qui baigne dans le rhum, j'ai de quoi être déçu. En fait, ce gâteau plutôt dense est même sec! La crème s'avère indispensable pour pouvoir l'avaler. Oui, 16 euros...

Quand on me demande si ce dessert s'est bien passé, je fais la moue, en expliquant l'aridité de ce dessert... et de me répondre "bah fallait nous demander, on aurait remis du rhum!". Ou pas, "un baba au rhum, c'est au rhum" comme disaient les serveurs de l'Ami Louis! Soit on sert un gâteau bien imbibé comme le chef veut, soit on laisse à discrétion une bouteille de rhum.

Pour le vin, n'espérez pas faire des économies, au verre les prix commencent à 8€ ! J'ai prix un godet de Sancerre blanc, Le Chêne Marchant de Julien Crochet 2016. Un très bon vin, bien construit avec de belles notes florales, mais servi avec parcimonie... (12cl au plus!) Décidément, dès qu'il s'agit d'alcool, Mamie y va mollo !

A l'heure de l'ardoise finale, pas de miracle : manger chez Jean Imbert a un coût : 58€ pour ce déjeuner avec une cuisine ménagère qui a du goût mais qui ne subjugue pas. Mon baba à 16 euros me reste en travers de la gorge au sens propre comme figuré. Décidément, ce Jean Imbert maîtrise à la perfection le marketing pour monter une affaire, en témoignent tous ces détails mûrement réfléchis et le remarquable story telling sur sa grand mère. Mais quand on déjeune seul avec pour seul désir, de découvrir des plats exceptionnels, il y a de quoi rester à quai. Payer ce prix-là pour cette cuisine-là, c'est bien trop cher !

Dans la thématique de la cuisine de partage populaire (à des tarifs cossus)  mieux vaut préférer la Joïa d'Hélène Darroze, et de très loin ! Sinon, il y a toujours les Bouillons !

Mamie par Jean Imbert
35bis Rue Jean de la Fontaine
75016 Paris (RER Avenue du Président Kennedy)

Tel : 01 42 88 04 47 (réservations uniquement sur Internet)

Fermé le samedi midi et le dimanche

Les +:
_ des petits détails bien pensés un peu partout
_ un service ultra efficace pourtant elles ne sont que 2 en salle !
_ salle très calme (fond sonore jazz pas très rustique!)
_ la baguette et le beurre au piment, miam !

Les -:
_ trop cher
_ cuisine ménagère, un peu améliorée, sans effort de présentation (il faut voir les endives au jambon!)
_ les desserts pensés pour être partagés quasi-exclusivement
_ mon baba au rhum trop dense et sec


Plan d'accès au restaurant Mamie par Jean Imbert Paris 16

Si vous avez aimé Mamie par Jean Imbert, vous aimerez :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Solene 03/04/2019 20:14

Tellement d’accord : le succès de Jean Imbert est inexplicable culinairement parlant ! Ceci dit je crois qu’il ne passe pas beaucoup de temps en cuisine...
Le baba a 16€ mon dieu !! Quelle arnaque ! Tu es sûr que ce n’était pas le prix pour 2 ??

Arnaud Morisse 04/04/2019 08:53

C'est bien le prix pour 1 personne ! L'autre dessert disponible à l'unité est le tiramisu aux agrumes à 15€, une aubaine !