Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Ken Kawasaki (Paris 18) : Bluffé !

Il y a deux ans, j'avais essayé un peu au hasard ce restaurant qui venait d'ouvrir et avais été épaté par un menu gastronomique à 45€. Une étoile au Michelin plus tard, le prix n'a pas bougé et j'ai l'impression que c'est encore meilleur dans l'assiette !

Ken Kawasaki restaurant Paris 18 Rue Caulaincourt
Ken Kawasaki restaurant Paris 18

Dans la rue Caulaincourt, il est facile de passer devant ce discret restaurant sans y porter attention. Une vitrine obturée par un rideau, devanture noire, et la porte ouverte qui signifie "c'est ouvert".

Dans la salle, un unique comptoir avec une quinzaine de places. Ici, le chef Ken Kawasaki cuisine devant vous. La déco? Il y a bien un grand tableau contemporain sur un mur, sinon, c'est le dépouillement le plus total. Côté cuisine, on voit la plaque chauffante (teppanyaki), des feux, le four et des armoires du type Ikea. Dans ce restaurant, le spectacle se situe dans les assiettes, et ce n'est pas plus mal !

Le programme - imposé - m'attend sur la table. Aucun choix possible, mais pour 45€ on nous promet des amuse-bouche, deux entrées, un plat de poisson, un autre de viande et un dessert. Ha, j'oubliais, des mignardises aussi ! Le soir, c'est 70€ pour 2 entrées, 2 poissons, 1 viande et 2 desserts. 7 services, 10€ le plat, c'est juste.

Amuse-bouche Ken Kawasaki restaurant Paris 18
Amuse-bouche

Peu de monde ce midi, juste une maman avec son jeune fils. Alors, une fois la commande prise (qui se résume à la boisson et au signalement des allergies), le ballet se met en place sous mes yeux. Sans un mot échangé, le chef et son second préparent les assiettes. C'est rodé, millimétré, ils savent ce qu'ils font.

Les amuse-bouche arrivent : un rocher chaud à base de Comté, d'orange-miso et de canard parmi des galets, et une tartelette aux petits pois, oignon et ail. Si le premier est d'une gourmandise enveloppante rare, le second brille par sa floralité et sa fraîcheur. Mes papilles sont en émois. Mission accomplie pour ces amuse-bouche !

Pêche, tomate, Hakucha Ken Kawasaki restaurant Paris 18
Pêche, tomate, Hakucha

Ça démarre par un petit spectacle ensuite avec de la fumée d'azote ! Pur gadget au final, d'autant qu'on me précise que la verdure qui baigne dedans ne se mange pas. Au centre un verre avec un mélange de Pêche, tomate, Hakucha (thé fermenté japonais). Le tout baigne dans une eau de tomate. Quelle fraîcheur en bouche ! Les goûts sont élégants et marqués, c'est superbe.

Pour tout vous dire, j'ai pris l'option accord mets-saké, et le premier verre servi sublime encore ces parfums ! Délice.

Homard, langoustine, bouillon de homard, pourpier de la Baie du Mont Saint Michel Ken Kawasaki restaurant Paris 18
Homard, langoustine, bouillon de homard, pourpier de la Baie du Mont Saint Michel

L'odorat est mis à contribution pour la suite avec ce plat de Homard, langoustine, bouillon de homard, pourpier de la Baie du Mont Saint Michel. Sur une petite galette repose un tartare de crustacés, lui-même recouvert par les feuilles de pourpier. Ça sent bon ! au goût, toutes les saveurs se retrouvent au juste endroit, la plante venant donner fraîcheur et salinité, le Combawa une légère acidité. C'est vraiment très bon !

Turbot, soude, amande, sarriette Ken Kawasaki restaurant Paris 18
Turbot, soude, amande, sarriette

Le poisson fait son entrée avec un fumé délicieux ! C'est du Turbot, soude, amande, sarriette. Petit tronçon, sauce au vin blanc, amande et algues et des herbes fraîches dont cette fameuse soude qui peut faire penser à des salicornes. Inutile de vous dire que la cuisson du poisson frôle le génie ! Ce plat a un relief rare. Trop court peut-être, mais si bon !

Noix de veau, fèves Ken Kawasaki restaurant Paris 18
Noix de veau, fèves

Pour la viande, c'est de la noix de veaux servie avec des fèves. Sur le menu, c'était du lapin de prévu, pas grave ! Cuisson idéale de la viande qui s'avère d'une tendreté exceptionnelle. En bouche, c'est un bonheur total ! Les petites sauces de ce plats sont un régal à saucer obligatoirement (avec le pain maison très bon) !

L'accord mets-saké envoie aussi du lourd sur ce plat, je découvre de nouvelles saveurs.

Fraises, lait ribot, poivre de Timut Ken Kawasaki restaurant Paris 18
Fraises, lait ribot, poivre de Timut

Pour le dessert on retrouve des classiques de la bistronomie parisienne : Fraises, lait ribot, poivre de Timut. C'est joli, frais, et bon. Que demander de plus ? Un café et l'addition !

Mignardises Ken Kawasaki restaurant Paris 18
Mignardises

Le café (4€) est évidemment flanqué de mignardises comme promis sur le menu : un cannelé, un macaron chocolat combawa, un biscuit caramel. Pas de déception non plus à ce niveau là.

L'addition arrive : 79€. Très honnêtement, je ne vois pas ailleurs à Paris un aussi bon rapport qualité-prix. D'habitude dans les restaurants étoilés le midi, c'est la qualité des produits qui pâtit dans les menus déjeuner moins chers, et l'on a le droit à du maquereau, du merlu ou de la volaille pour rentrer dans le budget. Là, pour 45€, 5 services avec homard, langoustine, turbot et veau, c'est fifou. En plus divinement préparés avec un poil de spectacle autour, je dis bravo Ken Kawasaki ! Allegato !

Ken Kawasaki
15 Rue Caulaincourt
75018 Paris (métro Place de Clichy)

Tel : 09 70 95 98 32

Fermé le dimanche et un lundi par mois

Les +:
_ divine cuisine
_ du spectacle...
_ ... mais du calme aussi
_ pain maison très bon
_ redoutable rapport qualité-prix
_ accord mets-saké qui vaut les 30€ (3 verres)

Les -:
_ menu dégustation oblige, les quantités ne sont pas gargantuesques, même si l'on n'a plus faim après tout ça.

Inscrivez-vous à la Newsletter !

* indicates required

Plan d'accès au restaurant Ken Kawasaki Paris 18

Si vous avez aimé Ken Kawasaki, vous aimerez :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article