Restos sur le grill

Le blog des nouveaux restaurants à Paris les adresses à la mode, les bons plans, les bonnes adresses, là où il fait bon manger, je vous fais partager mes expériences heureuses ou malheureuses ! (et avec plein de #foodporn dedans !) Viveur de haute licheté !

Restos sur le grill

Jaja (Paris 4) : Y'a moyen de se régaler

Voilà des années que cette adresse un peu cachée (maintenant tout le monde la connaît!) allie avec bonheur beaux produits, cuisine brute et vins d'exception. Jaja n'a rien perdu de sa fougue.

Jaja restaurant Paris 4 rue sainte croix de la Bretonnerie
Jaja restaurant Paris 4

Depuis le temps, Jaja a amélioré sa signalétique, si bien qu'on voit clairement son entrée, dans une cour intérieure du Marais. Terrasse tranquille (10-12 places), et une salle éclairée par le soleil au travers d'une grande verrière.

La Salle Jaja restaurant Paris 4
La Salle

Réservé pour midi pile, j'arrive le premier. Accueil très souriant. La déco est sobre et jolie : murs blancs, des pierres apparentes, quelques plantes et du plancher au sol.

Privilège d'être le premier client, on me demande quelle genre de musique je veux. Je réponds avec le sourire "qu'aucune musique m'irait très bien !". Ce à quoi on me répond que c'est "obligatoire". Ha? Les lois de la République ont bien changé ! Mais étant tout seul, on me promet de mettre la musique le plus tard possible. La salle ne tarde pas à se remplir.

Des touristes en goguette se pressent pour découvrir cet endroit "so charming". Et ça l'est.

Côté verrière et terrasse Jaja Restaurant Paris 4
Côté verrière et terrasse

Pour le déjeuner, un menu à 25€ (c'est 23€ hors samedi et jour férié) avec deux propositions pour l'entrée et le plat. Mais attention, traînent aussi des suppléments de 2€! Bref, pour manger pour 25€, il n'y a pas de choix. Ça a l'air bon, de la bistronomie pur jus qui n'hésite pas à mélanger sucré et salé.

La carte aussi fourmille d'intitulés qui donnent l'eau à la bouche : tartare de veau (12€), maquereau confit (12€), poisson sauvage mariné (13€). Et côté plats : poulette (21€), cochon de lait gascon (26€) ou Carré de veau basque (27€). Il y a même des propositions pour les végétariens.

Sardines grillées, betterave, salade de courgettes et olives Jaja restaurant Paris 4
Sardines grillées, betterave, salade de courgettes et olives

Très rapidement arrive Sardines grillées, betterave, salade de courgettes et olives (entrée du jour +2€ dans le menu). L'assiette est jolie et joue avec les couleurs. Les sardines ont toutes leurs arrêtes, un détail qui rebuterait bon nombre de mes contemporains. Evidemment, qu'il ne faut pas justement s'arrêter à ce détail !

Les poissons sont bien cuits avec un bon goût de grillé, le coulis betterave se marie bien avec. Les courgettes et olives apportent leur fraîcheur et leur vivacité. C'est très bien fait.

Je profite du pain exceptionnel (de chez Dupain) pour saucer autant que je peux, mais j'avoue que ces grandes tranches de pain de campagne seules sont encore meilleures que l'entrée !

On me débarrasser et on me prévient :"vous aimez? La suite c'est encore mieux!". Challenge !

Noix de veau, purée de pomme de terre, pleurotes Jaja restaurant Paris 4
Noix de veau, purée de pomme de terre, pleurotes

Même si le restaurant affiche presque complet, la vitesse du service ne s'en retrouve pas perturbé, ça file pronto. Ma noix de veau, purée de pomme de terre, pleurotes m'est servi. Sur la mousseline, le chef a été chiche : à peine une cuillère étalée si bien qu'elle est cachée par la viande qui elle se montre en quantité généreuse. Si on ajoute à ça une assiette froide, très vite la purée arrive à la température de la pièce... Rien à dire sur les pleurotes, bien cuisinées simplement, elles sont bonnes.

Mais la vedette intersidérale de l'assiette, c'est bien ce veau ! Viande qui peut avoir une fâcheuse tendance à la fadeur, ici se révèle pleine de goût ! C'est un véritable régal!

Alors oui, ce plat était meilleur que l'entrée, mais j'ai bien fait remonter mon grief sur la quantité maigrelette de la purée dans l'assiette. Et je vous vois vous dire "hoooo, le chieur!". 

Tarte fraise et cerise, glace à l'amande Jaja Restaurant Paris 4
Tarte fraise et cerise, glace à l'amande

Pour le dessert, je suis sorti de la formule déjeuner pour piocher dans la carte cette appétissante tarte fraise et cerise avec une quenelle de glace à l'amande. Les fruits découpés et plein de parfum reposent sur une couche généreuse de crème pâtissière bien vanillée qui elle-même se trouve sur un sablé beurré à souhait. Le goût de l'amande se retrouve bien dans la glace. Une pensée fait la belle plante en guise de déco de l'assiette, c'est très joli.

Et très bon ! Je dévore ce dessert avec gourmandise!

Quand on s'appelle Jaja, forcément, le vin c'est leur dada. La carte pléthorique propose aussi bien des grands crus que des petits vins de vignerons indépendants. Seul hic : le prix. Je n'ai pas vu une bouteille en dessous de 30€. Pour les vins au verre, le prix plancher c'est 10 balles. Argl!

J'ai donc choisi à ce tarif un verre de Sancerre blanc 2018 du domaine Vacheron. Très bon vin, droit et limpide. Un coefficient de vente de 3 environ. Pas si cher au fond.

Pas de sueur froide au moment de payer. La note s'élève à 44€. Le café m'a été offert. On me fait beaucoup de cadeaux en ce moment. J'ai une nouvelle fois été séduit par ce Jaja qui propose une cuisine brute, centrée sur des produits de qualité, avec un accueil souriant et qui sait mettre à l'aise dans un lieu qui est vraiment exceptionnel.

Jaja
3 Rue Sainte-Croix de la Bretonnerie
75004 Paris (Métro Saint Paul)

Tel : 01 42 74 71 52

Ouvert tous les jours

Les +:
_ lieu lumineux, un peu caché, et avec une terrasse
_ des magnifiques produits bien sourcés
_ une cuisine juste
_ du pain exceptionnel
_ ambiance décontractée

Les -:
_ un peu chiche sur la purée
_ les premiers prix des vins élevés (même si les coef restent raisonnables)


Plan d'accès au restaurant Jaja Paris 3

Si vous avez aimé Jaja, vous aimerez :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article